Haut

Catalogue Camérer

Camérer. A propos d’images
Fernand Deligny
2021

en-savoir-plus

Camérer-Descriptif-Presse

39 €



 

Livre de 392 pages
avec 305 images (couleur et noir)
Format : 28 x 21,5 cm
Couverture souple avec rabats
ISBN : 978-2-37367-017-2
Date de parution : 4 juin 2021

Livre publié avec le soutien
du Centre national du livre (CNL),
de ArTeC et de la CFCUL.

croix-fermer
Camérer. A propos d’images

Fernand Deligny

Edition établie par Sandra Alvarez de Toledo, Anaïs Masson,
Marlon Miguel, Marina Vidal-Naquet.

Avec des textes de Hervé Joubert-Laurencin, Marlon Miguel,
Jean-Louis Comolli, Anaïs Masson, Alexandra de Séguin,
Sandra Alvarez de Toledo et Cyril Béghin

 

Automne 2021 : présentations à Bruxelles en partenariat avec les librairies Tropismes et Par Chemins, et les éditions La Part de l’Œil. Des précisions bientôt.

Marianne Dautrey, “Faire corps commun avec Deligny”, Le Monde des livres, vendredi 2 juillet 2021
Lire

9 juin 2021, de 18h à 20h : présentation du livre dans le cadre du séminaire doctoral de cinéma de Paris-Nanterre organisé par Hervé Joubert-Laurencin à l’INHA (2, rue Vivienne, 75002, Paris), RdC, salle Fabri de Pereisc.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Camérer-Descriptif-Extraits

39 €



 

Livre de 392 pages
avec 305 images (couleur et noir)
Format : 28 x 21,5 cm
Couverture souple avec rabats
ISBN : 978-2-37367-017-2
Date de parution : 4 juin 2021

Livre publié avec le soutien
du Centre national du livre (CNL),
de ArTeC et de la CFCUL.

croix-fermer
Camérer. A propos d’images

Fernand Deligny

Edition établie par Sandra Alvarez de Toledo, Anaïs Masson,
Marlon Miguel, Marina Vidal-Naquet.

Avec des textes de Hervé Joubert-Laurencin, Marlon Miguel,
Jean-Louis Comolli, Anaïs Masson, Alexandra de Séguin,
Sandra Alvarez de Toledo et Cyril Béghin

 
« Mais où sont les images ? »

« Camérer, ça serait les prendre, ces images, parce qu’on ne sait jamais, parce qu’on verra bien. »

« Camérer, c’est peut-être mettre dans la caméra, dans la boîte, des éclats d’humain et c’est tout ce qu’on peut en retrouver, de l’humain commun, des éclats. »

« Où se voit que camérer, c’est s’en prendre au temps, qu’il s’agisse du “pousser” de la tige de blé, ou de “l’accueillir” de ce milieu qui tente d’admettre cet autre dont le désarroi est tel que la mémoire ethnique lui fait défaut. »

« Mais allez donc filmer un infinitif. »

« Il se pourrait que camérer cherche à effacer cette frontière inéluctable entre ce que l’homme perçoit de ce qui lui semble être la réalité et le réel souvent situé comme étant le néant. On peut s’étonner de l’extravagante envergure d’un tel projet. »

« Camérer, il y va d’autre chose qui peut s’écrire camerrer, comme si un certain point de voir errait dans une tentative. Cette tentative serait-elle de faire un film ? Pas du tout. Une tentative a lieu(x), avec une caméra pour ainsi dire incorporée dans son coutumier. Il n’y a donc pas de mise en scène ? Non. Nous ne sommes pas au théâtre. »

« De l’image se forme sans cesse. Elle serait myriade s’il était possible de compter les images comme on peut compter les mots. »

« Personne ne fait les images. »

 
Voir quelques doubles pages
La mise en page a été réalisée par David Poullard.

Lire l’avant-propos


 

Camérer-Descriptif-Sommaire

39 €



 

Livre de 392 pages
avec 305 images (couleur et noir)
Format : 28 x 21,5 cm
Couverture souple avec rabats
ISBN : 978-2-37367-017-2
Date de parution : 4 juin 2021

Livre publié avec le soutien
du Centre national du livre (CNL),
de ArTeC et de la CFCUL.

croix-fermer
Camérer. A propos d’images

Fernand Deligny

Edition établie par Sandra Alvarez de Toledo, Anaïs Masson,
Marlon Miguel, Marina Vidal-Naquet.

Avec des textes de Hervé Joubert-Laurencin, Marlon Miguel,
Jean-Louis Comolli, Anaïs Masson, Alexandra de Séguin,
Sandra Alvarez de Toledo et Cyril Béghin

 

I. Écrits de Deligny 1978-1996

Camérer (1978-1981)

Introduction par Marlon Miguel et Marina Vidal-Naquet

« Camérer # 1 »
« Camérer # 2 »
« Camérer # 3 »
« Camérer # 4 »
« Camérer # 5 »

« Atelier INA. Esquisses de quelques projets possibles »
« La peau du rôle »
« La peau du rôle / le point aveugle »
« “Le point aveugle”, c’est le point aveugle de l’Histoire »

« Notes pour “Mécréer” »
« Mécréer »
Échange de lettres avec Robert Kramer

Film fossile (1982)

Introduction par Marlon Miguel et Marina Vidal-Naquet

« L’algue et le champignon »
« La voix du fleuve »
« Les fossiles ont la vie dure. À propos d’images »
« Les fossiles ont la vie dure »
« Malabur et Pipache »
« Acheminement vers l’image »

IMAGEs (1988-1996)

Introduction par Marlon Miguel et Marina Vidal-Naquet

« i comme image. De CARTE en IMAGE »
« Notes sur l’image »
« Le propre de l’IMAGEs »
« Filmer le vent… »
« Un prof »

II. Essais

« Cinéma et forme de vie. André Bazin et Fernand Deligny »
Hervé Joubert-Laurencin

« Mettre la vie en œuvre : autour de “La caméra outil pédagogique” »
Marlon Miguel

« L’évadé. À propos du Moindre Geste »
Jean-Louis Comolli

« Note sur l’éthologie et l’image chez Deligny »
Anaïs Masson

« Légendes de l’image »
Alexandra de Séguin

« L’image contre le cinéma »
Sandra Alvarez de Toledo

« La butée et l’intervalle. Jeter le mot image au-delà des bornes du langage »
Cyril Béghin

 

Camérer-Descriptif-Presentation

39 €



 


Livre de 392 pages
avec 305 images (couleur et noir)
Format : 28 x 21,5 cm
Couverture souple avec rabats
ISBN : 978-2-37367-017-2
Date de parution : 4 juin 2021

Livre publié avec le soutien
du Centre national du livre (CNL),
de ArTeC et de la CFCUL.

croix-fermer
Présentation
Camérer. A propos d’images

Fernand Deligny

Edition établie par Sandra Alvarez de Toledo, Anaïs Masson,
Marlon Miguel, Marina Vidal-Naquet.

Avec des textes de Hervé Joubert-Laurencin, Marlon Miguel,
Jean-Louis Comolli, Anaïs Masson, Alexandra de Séguin,
Sandra Alvarez de Toledo et Cyril Béghin

 

La publication des Œuvres et de la Correspondance des Cévennes montrait déjà avec une évidence troublante la place du cinéma dans la pensée de Fernand Deligny et dans la vie du réseau d’enfants autistes fondé à la fin des années 1960 dans les Cévennes. La découverte, dans les archives, d’un corpus de textes spécifiquement consacrés au cinéma et à l’image à partir de 1978 nous a convaincus de la nécessité d’en faire un livre.

Les textes de Deligny s’organisent en trois parties chronologiques dont les titres, « Camérer », « Film fossile », « IMAGEs », dénotent le déplacement du centre de gravité de sa réflexion, de l’outil (caméra) – et donc du faire – à l’image qui ne se voit ni se prend, image autiste, image d’espèce, image versus langage…

Le mot « camérer » apparaît sous sa plume en 1977, comme une alternative à « filmer ». Sous sa forme infinitive, il privilégie la primauté du processus sur la visée de l’objet-film (camérer / camerrer). Il désigne bien une pratique, mise en œuvre dans les aires de séjour : des films se tournent (Ce gamin, là, Projet N, À propos d’un film à faire), des vues sont prises en super 8 (à destination des parents des autistes), puis en vidéo ; les projets sont nombreux, notamment avec l’INA. Mais « camérer » est également un concept, un outil de déstabilisation, une boîte à questions sans réponses. À la même époque Deligny forge « mécréer » (l’anagramme à une lettre près de camérer) : ne pas y croire, décevoir, ne pas filmer… En cela il est le contemporain de Marguerite Duras, de Jean-Luc Godard, ou de Chantal Akerman, et l’héritier d’André Bazin (dont il fut l’ami).

La deuxième partie de l’ouvrage achemine Deligny vers l’image, qu’il joue pour commencer contre le langage et la domestication symbolique, puis en symbiose avec lui. Il est l’« écrivant » qui s’adresse au « camérant », Renaud Victor (son interlocuteur principal en cinéma). Il se donne le rôle du canevassier, il cherche des alternatives au « scénario ». Puisque les images ne se prennent pas, dit-il, elles sont « sauvages » : ici se logent sa critique de l’humanisme occidental et son jeu avec l’éthologie : il se pourrait que l’image soit du règne animal, et qu’elle loge dans la « mémoire d’espèce » …

La troisième partie, « IMAGEs », ouvre la boîte de Pandore. Cherchant l’image, il en trouve une myriade, « tout est image ». Le cinéma s’éloigne, Deligny revient sur la symbiose impossible entre l’image et le langage prédateur. Autrement dit, les images se cachent, elles sont retenues dans le tain du miroir. Il recourt à Wittgenstein, dont il fait comme de tout une lecture intéressée : « je prends le mot image et je le jette au-delà les bornes du langage. » Dans quelques notes magistrales de la fin de sa vie, il fait remonter les images, dont quelques-unes, logées dans les marais de sa mémoire, « s’entretuent et se dévorent ».

L’iconographie du livre fait coexister toutes les formes d’images : pas de cinéma sans cartes, pas de cartes sans tracer ni manuscrits ; un lien pensé mais sans secret, les fait circuler et coïncider. En tout, plus de 300 images…

Le recueil des textes de Deligny est complété d’un ensemble d’essais inédits (sauf celui de Jean-Louis Comolli) par les meilleurs connaisseurs de son œuvre : il y est question des possibles points de contact entre la pensée de Bazin et Deligny (Hervé Joubert-Laurencin), de la place du cinéma militant dans les tentatives de Deligny avant les années 1970 (Marlon Miguel), de la façon dont le Moindre Geste touche au paradoxe de « camérer » : faire du cinéma contre le cinéma, échapper au programme et au cadre (Jean-Louis Comolli), de l’analogie entre image et « repère », pensée du point de vue de l’éthologie (Anaïs Masson) et du point de vue de l’espace envisagé dans la clinique psychiatrique psychiatrique (Alexandra de Seguin), d’une image introuvable – dans la tête de Janmari ? – , que Deligny jetterait en pâture à Renaud Victor contre l’arsenal du cinéma (Sandra Alvarez de Toledo), de la contemporanéité de sa réflexion avec celle des cinéastes pour qui image et langage se situent dans l’intervalle « d’une chose commune que ni l’un ni l’autre n’accomplit » (Cyril Béghin).

 

Catalogue Correspondance Deligny

FDO_reprint_210
Correspondance des Cévennes
Fernand Deligny
2018

en-savoir-plus

DEL-Correspondance-Descriptif-Presse

KO_couv_500
45 €

Livres-apparentes


1320 pages
175 documents
Format : 23,5 x 16,5 cm
Couverture reliée souple avec rabats
ISBN : 9782373670134
Parution : 12 septembre 2018

Livre publié avec le soutien du Centre national du livre

croix-fermer
Correspondance des Cévennes, 1968-1996

Fernand Deligny

édition établie, présentée et annotée
par Sandra Alvarez de Toledo

 

Michel Plon, “L’homme des Cévennes”, En attendant Nadeau, 06/11/2018.
Lire l’article

Éric Dussert, “Babillardes pour les potes”, Le Matricule des anges, nov.-déc. 2018.
Lire l’article

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

DEL-Correspondance-Descriptif-Extraits

KO_couv_500
45 €

Livres-apparentes


1320 pages
175 documents
Format : 23,5 x 16,5 cm
Couverture reliée souple avec rabats
ISBN : 9782373670134
Parution : 12 septembre 2018

Livre publié avec le soutien du Centre national du livre

croix-fermer
Correspondance des Cévennes, 1968-1996

Fernand Deligny

édition établie, présentée et annotée
par Sandra Alvarez de Toledo

 

1968

leurs gestes parlent un autre langage, ils ne sont pas complémentaires des mots et ça se voit, plus proches de ceux d’un chimpanzé que de ceux d’un enfant. Il ne s’agit ni d’une déformation, ni d’un ralentissement : ils sont autres parce que ce qui les commande n’est pas une pensée verbale
Deligny à François Truffaut, 22 novembre

1969

Salut, companero ! J’ai comme du retard à la réponse, mais pendant que tu explores nos belles provinces, moi je vais de Mexico à Palente-les-Orchamps – Rhodiaceta, où il existe maintenant un groupe de cinéma ouvrier qui travaille tout seul
Chris Marker à Deligny, 3 janvier

les parents d’enfants-fous, j’entends ce qu’ils me demandent.
les enfants-fous, j’entends ce qu’ils demanderaient.
les pouvoirs publics et assimilés, j’entends ce qu’ils ne veulent pas entendre.
mais les éditeurs, je n’entends pas.
Deligny à Émile Copfermann, novembre

Il ne s’agit pas d’exclure la parole des territoires : elle nous est nécessaire. Ce que je demande, c’est que “l’autre (et surtout les enfants) ne soit pas parlé”.
Deligny à Jacques Lin, 1er décembre

1970

cette dimension de l’ailleurs, il faut y veiller d’aussi près que Freud veillait à ce que reste pur l’or de ce gamin qu’il avait découvert.
Grâce à ce point d’appui (un gamin ailleurs est autre) on peut soulever l’institué – quitte à le laisser retomber pour qu’il se casse en miettes, mais ça…
Deligny à Émile Copfermann, 13 mars

Le neume est cet instant, cette paillette, ce petit morceau d’entente pré-primitive, élémentaire, d’accord hors la notion même de personne.
Deligny à Jacques Lin, 15 août

1971

ce feuilleton serait un bon outil s’il s’appelait NAISSANCE D’UN TERRITOIRE (ce territoire serait-il un mythe).
Deligny à Henri Cassanas, 20 janvier

Ce que nous rencontrons actuellement dans les stages ou les réunions d’infirmiers, c’est un besoin éperdu qu’ont les gens de parler d’eux. Il y a quelques années, dans les stages d’infirmiers, il y avait un moment où le malade apparaissait. […] On ne parle même plus de “l’administration”, des notes ou du médecin ; il n’est question que de soi.
Germaine Le Guillant à Deligny, 8 juillet

Notre tentative “prend”. Je veille à ce que ce verbe ne la transforme pas en ciment ou en incendie de maquis dont il ne resterait que la cendre d’un récit.
Deligny à Françoise Dolto, 16 décembre

1972

Le réseau = ensemble d’ensembles (aires de séjour) perçus par l’enfant mais cette perception “manifeste”, pour qu’elle puisse être “manifestée ”, il y faut des “repères” (qui s’en réfèrent quelque peu à la “parade”
des animaux).
Deligny à Josée Manenti, 15 janvier

D’être tourné à n’être que lieu de vacances, je le regrette.
Les vacances sont une institution et je ne me prête pas volontiers à leur rendre service (aux institutions) : la preuve, cette embrouille avec Bonneuil que je n’ai pas cherché à éluder.
Deligny à Françoise Dolto, 13 juin

je pense que pour ce qui [est] essentiel dans la vie vous êtes dans le plus grand courant de pensée – dépouillé seulement des parasites dus aux turbulences des agglomérations.
Françoise Dolto à Deligny, 12 décembre

1973

Alors je voudrais bien que tu me parles un peu de ce que tu penses du vol.
Germaine Le Guillant à Deligny, 21 mars

Il y a du soleil
et les rats viennent sur la poutre maîtresse de la “maison” où je suis à longueur d’heure, nous ne nous dérangeons guère.
Deligny à Germaine Le Guillant, 22 mars

nous sommes submergés, les uns et les autres ; moi, de courrier. Toutes ces lettres ; je n’arrive pas à éponger.
Deligny à Jean et Henriette T., 5 octobre

1974

Il s’agit du rapport ou du non-rapport à établir entre ce qui se passe ici sur un divan avec des 
mots, et ce qui se passe là-bas sur un territoire avec des cartes
Jacques Nassif, cité par Deligny, 25 juin

je peux m’imaginer à la place des gens absolument non informés qui verront ce film et qui devraient être capables, après l’avoir vu, de répondre aux questions que j’ai soulevées : OÙ ? QUAND ? POURQUOI ? COMMENT ?
François Truffaut à Deligny, 27 juin

Quand Gilles épluche des pommes de terre et les jette dans la marmite de quatre ou cinq mètres sans rater le but, ça se voit
Deligny à Jean et Henriette T., 8 juillet

le corps commun, du plaisir ?
le corps commun, c’est quelquechose comme cette petite constellation, ce petit cerf-volant 
déchiqueté, vibrant, qui trépigne/tressaute quelquefois sous l’arche d’un pont quand la 
lumière frappe l’eau.
Deligny à Isaac Joseph, 14 août

1975

j’y tiens à ces points • qui éludent la majuscule • et il Y a autre chose dans la page à voir avant de la lire, “autre chose” que des lettres alignées • point d’autre chose • ce qui peut se lire dans tous les sens.
Deligny à Isaac Joseph, 3 janvier

Si Christophe ne parle pas, c’est qu’il a l’intention de se taire, etc…  etc… Ainsi procède
– et a toujours procédé – l’Inquisition, qu’elle soit romaine ou moscovite.
Deligny à Chantal B., 5 mars

Comme vous êtes de ceux qui savent qu’il “n’y a pas de hasard” ou qu’il est partout, vous avez eu raison : j’ai aimé ce livre, fasciné par les enfants, par leur silence, et leur vie ; fasciné aussi par ceux qui en parlent, vous le premier et vos amis avec une telle intelligence et une telle tendresse.
Louis Althusser à Deligny, 13 juin

Ce que j’en dis, de “cet autre chose”, n’est pas facile à formuler. Ou alors il faut aller faire un grand détour par ce projet de voir s’amenuiser le pouvoir de l’État.
Deligny à Franck Chaumon, 2 septembre

Schérer revu à Paris est sérieusement ébranlé par votre correspondance. Il fait un séminaire à Vincennes sur “Enfance errance” et se dit que toute tentative pour échapper au pédagogisme, c’est-à-dire à l’hypostase de “L’ENFAAANCE”, a quelque chose à voir avec le rapt.
Isaac Joseph à Deligny, 25 octobre

1976

Une tente-marabout est plantée devant le grand atelier : le cirque et la guerre (aurait 
pensé Tolstoï).
Deligny à Isaac Joseph, 8 janvier

Est-ce Janmari qui a du génie ? toujours est-il que plus de 4 000 personnes sont venues le regarder vivre. Il faut croire que les questions que vous posez, que vous vous posez sans répit, trouvent un très large écho.
Hélène Vager à Deligny, 28 janvier

Pas d’Autre. Voire. Que votre recherche ne porte pas sur cet Autre là (de langage ou de personne, Autre ou autre) n’entraîne pas qu’à votre insu quelque chose se passe aussi sur ce terrain.
Isaac Joseph à Deligny, 9 février

un professeur ès psychiatrie qui me dit qu’il forme ses élèves psychiatres avec “Ce Gamin, là”
Il va y en avoir, des chèvres, dans les hôpitaux psychiatriques.
Deligny à Chantal B., 29 juin

Il y a l’Idéologie, et il y a l’Espèce ; espèce “par nature” idéologique ? Et s’il y avait une “rupture” entre deux immuables, celui de l’Idéologie et celui de l’Espèce ?
Deligny à Louis Althusser, septembre

1977

Lorsqu’Althusser dit que les hommes ne sont pas les sujets de l’histoire, il dit la même chose que ce que je disais au début de cette tentative-ci. Tu me l’as – politiquement – reproché.
Deligny à Huguette Dumoulin, 2 février

Je n’aime pas ce qui se prépare à l’horizon.
Trop de monde. Je deviens touristique.
Deligny à Josée Manenti, 14 mars

Il vous arrive de vous reconnaître des amis, jamais des maîtres et encore moins des disciples. Pourquoi ?
Isaac Joseph à Deligny, 17 août

Mais j’en reviens à ce livre : “le geste et la parole”, dont vous pensez bien que le titre m’a 
attiré, dès qu’entrelu. […] C’était en 1966, sans doute. Le livre était sur le bureau de Jean Oury qui n’avait pas les yeux dans sa poche. Il m’a dit : – “Tu le veux ?”
Deligny à Isaac Joseph, 26 décembre

1978

Des p’tites pilules, dites-vous ; quelle drôle d’idée.
Deligny à Chantal B., 2 mars

Janmari aboie le 3 juin dans le Nagra […]. C’est Deleuze qui serait content : le bruit d’une 
ligne qui se trace, comme si on entendait pousser l’herbe ou les poils d’une barbe ; pendant 90 minutes ; l’éternité.
Deligny à Félix Guattari, 19 mars

Ou il s’agira de démocratie, et alors, point de communisme, le “commun” étant du ressort de l’a-conscient, alors que la démocratie, ça n’en finit pas de discuter, et de voter. bref : je ne vais tout de même pas dire ça tout haut.
Deligny à Isaac Joseph, 3 mai

J’ai pensé que vous feriez peut-être mieux de vous passer complètement de personnage féminin plutôt que d’en choisir un spécimen aussi gratiné.
Edith Gorren à Deligny, septembre

Gilles, ces temps-ci, va fort bien. Par moments, Jean Lin, “sa” présence proche, travaille à quatre mains. Gilles toujours aux aguets.
Deligny à Henriette T., 13 décembre

1979

Gisèle peint, près du feu, et fait galoper Fernand (l’autre, pas moi).
Deligny à Chantal B., 16 janvier

le texte de Cl. Lévi-Strauss ; ben oui.
L’humanisme c’est pour quoi l’homme se prend.
Deligny à Henriette T., 19 mars

That’s a lot of words to say: camera-ing can’t bow to the illusions of “cinéma-vérité”, and it is definitely something different than pretending there isn’t a point of view.
Robert Kramer à Deligny, 30 mai

Tout le monde se doute bien que là – dans le bonhomme – le réel n’y est pas, qu’il est dehors.
Deligny à Robert Kramer, 5 juin

1980

Vous me parlez d’Aristote et de “l’étalon commun” à partir duquel etc… C’est toujours de l’être conscient d’être qu’il s’agit, et puisqu’il parle de pouvoir, c’est donc du sujet, pas de l’individu.
Deligny à Jean-Michel Chaumont, 4 janvier

Je crois que Gentis va te joindre. Il a eu l’idée de proposer à la Quinzaine littéraire un spécial Deligny.
Émile Copfermann à Deligny, 22 janvier

Peut-être qu’un jour je m’y mettrais à l’écrire mon Moby Dick : il s’agira de l’humain et non 
pas d’une baleine blanche. Peut-être que ça s’appellera L’ASILE (sous-entendu : quand la 
terre en sera un).
Deligny à Émile Copfermann, 6 février

Il ne s’agit pas, pour moi, de formuler ; en écrivant – la 7e face, par exemple – j’essaye 
de me/nous débarrasser de l’histoire – et du temps –.
Deligny à Jean-Michel Chaumont, 27 juin

1981

Je reste persuadé que les cartes sont autrement décisives que cette bricole de miroir.
Deligny à Jean-Michel Chaumont, 20 mars

J’ai entendu, avec quelqu’étonnement, la voix même de Lévi-Strauss dire – à la radio – que les trois auteurs dont l’empreinte a été, pour lui, déterminante, sont : J. J. Rousseau, Chateaubriand, J. Conrad
Deligny à Jean-Michel Chaumont, 23 avril

Outremer, c’était multiplier les difficultés.
Émile Copfermann à Deligny, 8 juillet

Gilles va bien. Il fait corps avec le Séré.
Deligny à Henriette T., 21 octobre

Je ne crois pas, contrairement à ce que vous me dites, que cette autre langue, que vous craignez de parler, ne puisse bénéfiquement interpeller les lecteurs du Bloc-Notes de la psychanalyse.
Mario Cifali à Deligny, 25 octobre

1982

Puisqu’il me semble bien que ce que je veux tenter d’écrire ne SE lit pas, je mettrai la barre toute vers camérer.
Deligny à Émile Copfermann, 1er mars

Au hasard des rencontres, des passages dans l’Institution, voilà en fin de compte beaucoup de gens qui entendent parler de vous, et qui tentent, là où ils sont, et comme ils le peuvent, de faire “autre chose”.
Daniel Terral à Deligny, 20 octobre

Vous parlez de “l’inconcevable énigme” et vous parlez d’expérience politique de l’amitié ; d’où cette lettre.
Deligny à Marcel Gauchet, 21 novembre

Les lubies et les balivernes idéologiques, je les ai vues grosses comme un asticot ; ON y soufflait dedans – allez savoir par quelle embouchure – ; elles devenaient énormes et puis elles explosaient.
Deligny à Henriette T., 18 décembre

1983

Je reste persuadé que ce que j’écris est clair comme de l’eau de roche. Si vous regardez de l’eau de roche, vous vous dites : – ben quoi ? Il n’y a rien.
Deligny à Chantal B., 16 février

il me semble qu’entre ce que vous appelez l’être infinitif et l’être subjectif, il y va non pas d’un partage entre un mode d’être qui serait naturel et un autre qui ne le serait pas, mais d’un clivage, d’une bifurcation, irréductible entre deux voies de l’humain, également fondées et sensées, à l’égard desquelles nous 
avons choix.
Marcel Gauchet à Deligny, 6 mars

Alors, le “choix” ?
Choix : – pouvoir, liberté (de choisir)
(Petit Robert).
Deligny à Marcel Gauchet, 19 mai

Il paraît être au bord de tous les “apprentissages” possibles pourvu qu’il y soit invité.
Deligny à François Charnier, 24 septembre

1984

Reste que le mot “commun” s’en est trouvé relancé, projet. […]. J’attendrai donc votre réponse – si réponse il y a – pour poursuivre cet échange à partir et à propos de “la communauté inavouable” de M. Blanchot délibérément abandonnée sur mon établi.
Deligny à Isaac Joseph, 15 janvier

Que l’asile soit vaste, peuplé de plus de mille réfugiés ou qu’il soit lieu d’être pour une vingtaine d’individus le paradoxe est le même et cette liberté dont ils sont exclus ou dont ils ont été privés, s’agit-il qu’elle règne comme si de rien n’était ou bien faut-il la composer sans préjugés, l’établi alors devenant table rase ?
Deligny à Isaac Joseph, 16 janvier

Là où vous parlez d’amour, je parlerais d’attrait, et quand vous dites “désir” je dirais encore attrait
Deligny à Henriette T., 6 février

Je crois qu’il faut partir du principe, cette fois, que Deligny, pour le lecteur futur, connais pas.
C’est Dupont et Durand. J’exagère à dessein mais pas tellement. Tout ce qui concerne Rue 
de l’Oural doit être dans Rue de l’Oural.
Émile Copfermann à Deligny, 20 octobre

1985

je vous en avais dit quelques mots : Christophe devient cette gerbe d’agir en initiatives.
Deligny à Chantal B., 21 septembre

Avez-vous repris votre écriture ?
Henriette T. à Deligny, décembre

1986

Mais pourquoi les Zaméricains ont-ils massacré les Algonquins ?
Deligny à Thierry et Nadèjda Garrel, 9 janvier

TACITE, dis-je ; ce sans quoi point de langage.
Ceci dit après lecture fort attentive de L. WITTGENSTEIN
Deligny à Isaac Joseph, 16 avril

Nous sommes peu nombreux ; nous tenons.
Deligny à Thierry et Nadèjda Garrel, 16 avril

1987

J’ai donc eu trois étapes dans mon existence : un professeur de philosophie franc-maçon – vers 1929 –, les nazis ne l’ont pas raté un peu plus tard ; Henri Wallon en 1947 ; et l’ami WITT. ces temps derniers.
Deligny à Thierry et Nadèjda Garrel, 17 avril

Mais ce que vous poursuivez depuis 50 ans et plus n’est pas l’art, qui ne constitue probablement qu’une mince partie émergée du TACITE…
Thierry Garrel à Deligny, 22 mai

N’empêche que me parviennent des appels lointains – Canada, Argentine, Brésil – de gens qui emprunteraient volontiers la brèche que je propose entre psychanalyse et comportementalisme qui se partagent la vogue de ces temps-ci.
Deligny à Henriette T., 5 juin

1988

Je mesure, en y réfléchissant, la différence qu’il y a entre parler d’un écrivain qui n’est qu’écrivain, et de vous, qui êtes, aussi, écrivain.
écrivain quand ? et où ?
avant la vie – pendant – ou après – je veux dire après l’action, l’expérience ? ou écrivain d’abord ?
Henriette T. à Deligny, 4 mars

écrivain quand ? et où ?
Allez le demander à J. Conrad où à H. Melville, êtres de mer ceux-là.
Deligny à Henriette T., 8 mars

Je me suis aperçu, ces temps derniers, que ce mot d’image, ON l’utilise pour boucher le trou, 
car le langage a un trou ; le trou, c’est ce mot d’image
Deligny à Claude Chalaguier, 6 mai

Alors que, par ailleurs, le film se termine – me dit-on – je me suis jeté, à temps perdu, dans l’ENFANT DE CITADELLE.
Temps perdu…
Deligny à Thierry et Nadèjda Garrel, 9 décembre

1989

L’enfant de citadelle grandit-il ? 
Et celui de Gisèle ?
Henriette T. à Deligny, 6 janvier

L’enfant de Gisèle suit son cours comme on le dirait d’un fleuve 
quant à l’enfant de citadelle, et par deux fois, après en être arrivé à une centaine de pages, il s’est – pour ainsi dire – rétracté.
Deligny à Henriette T., 10 janvier

ILS sont tous plus ou moins enragés 
persister à CROIRE que les lignes d’erre sont l’œuvre des gamins.
Deligny à Henriette T., 7 juin

1990

je me suis aperçu que j’étais aborigène de je ne sais quelle Australie ; pour moi comme pour eux, les ancêtres sont dans la trace.
Deligny à Thierry et Nadèjda Garrel, 20 février

Pour le moment, je m’efforce de m’habituer à avoir l’Enfant d’un côté, et l’ami WITT. de 
l’autre. J’espère que je m’y ferai.
Deligny à Jacques Allaire, 20 septembre

Tout cela m’intéresse beaucoup. Et avant les “Grands”, Pythagore, par exemple, et sa première société secrète, et sa marotte des nombres. La secte jurait sur le nombre 10, la sainte Tétraktys !
Henriette T. à Deligny, 26 octobre

Si vous pouvez mettre la main sur les œuvres d’Henri MICHAUX – qui écrivait quand j’avais 20 ou trente ans – cramponnez-vous et ne les lâchez plus.
Deligny à Renaud Victor, décembre

1991

à quatre heures du matin j’avais soixante-dix-huit ans ; le fait est ; personne n’y peut rien.
Deligny à Henriette T., 7 novembre

Il paraît que, dans les ministères ou je ne sais trop où, se mijote une journée Deligny. Jusqu’à 
présent, ils me foutent la paix ; j’espère que ça durera.
Deligny à Henriette T., 7 novembre

Ce manuscrit sans fin je l’écris chaque jour tout comme les croyants font leur prière.
Deligny à Thierry et Nadèjda Garrel, 19 novembre<

1992

Décision – irrévocable – prise cette nuit : l’ENFANT – de Citadelle – né le 7 novembre 1913 est disparu dans le moment de Stalingrad.
Après, c’est un autre.
Deligny à Jacques Allaire, 7 mars

c’est pourquoi j’ai toujours été – quel que soit mon bon vouloir – un communiste bancal.
Deligny à Chantal B., 9 avril

Si je m’expose aux questions, il me faudra répondre, alors que je ne me fie pas au langage – preuve que je ne suis pas de mon temps, ou plutôt de ce temps-ci –.
Deligny à Jacques Bourquin, 4 mai

Nous sommes contents que la compagnie de Lichtenberg vous plaise.
Nadèjda et Thierry Garrel à Deligny, 20 octobre

1993

Merci pour tout ce que vous nous avez apporté. Il faut de temps en temps que les choses soient dites.
Henriette T. à Deligny, 30 mars

Le fait est que je reste stupéfait de la disparition de Guy A. Il me manque et me manquera toujours ; il était une des présences maîtresses des tentatives que j’ai – soi-disant – menées.
Deligny à Henriette T., 4 mai

je crois que je suis tombé juste pour proposer une autre approche, juste à point ; c’était le moment
Deligny à Henriette T., octobre

Il pleut vraiment, et l’eau est froide – je l’entends au bruit qu’elle fait –.
Deligny à Thierry et Nadèjda Garrel, 24 novembre

1994

J’ai sous les yeux le chien efflanqué de Giacometti qui me tient toujours compagnie.
Deligny à Thierry et Nadèjda Garrel, janvier

mon stylo était en panne d’écrire ; il a fallu que je le mette à tremper pour qu’il s’y remette
Deligny à Thierry et Nadèjda Garrel, 17 mai

1995

Gilles ? Il s’agit de l’espèce humaine et de l’homme-que-nous-sommes. […] Il ne s’agit pas
d’une lubie qui me serait personnelle, mais de la leçon d’Henri Wallon mon maître.
Deligny à Henriette T., février

Le printemps arrive. Vous apprécierez le temps plus doux.
Henriette T. à Deligny, 7 mars

1996

Tous ces crayons
quelle aubaine.
Deligny à Thierry et Nadèjda Garrel, juillet

 

DEL-Correspondance-Descriptif-Interlocuteurs

KO_couv_500
45 €

Livres-apparentes


1320 pages
175 documents
Format : 23,5 x 16,5 cm
Couverture reliée souple avec rabats
ISBN : 9782373670134
Parution : 12 septembre 2018

Livre publié avec le soutien du Centre national du livre

croix-fermer
Interlocuteurs
Correspondance des Cévennes, 1968-1996

Fernand Deligny

édition établie, présentée et annotée
par Sandra Alvarez de Toledo

 

François Truffaut, Chris Marker, Germaine Le Guillant, Émile Copfermann, Josée Manenti, Jacques Lin, Jean-Pierre Daniel, Henri Cassanas, Renaud Victor, Inger Servolin, Louis Marcorelles, Françoise Dolto, Fanchita Maspero, Hélène Vager, Monic Parelle-Renaud, Jacques Allaire, Jean et Henriette T., Christiane Macé, Claude et Chantal B., Jacques Nassif, Jean Dravet, Isaac Joseph, Fabienne Dumoulin, Félix Guattari, Huguette Dumoulin, Richard Copans, Franck Chaumon, Daniel Terral, Louis Althusser, Jacqueline Lanouzière, Dominique Dumoulin, Florence Pétry, Camille et Micheline Beutier, Jacques Siclier, Roger Dadoun, François Fourquet, Edith Gorren, Robert et Marie Cassan, François Gantheret, Robert Kramer, Nicole Guy, Marie Bonnafé, Jean-Michel Chaumont, Michel Chauvière, Nadèjda et Thierry Garrel, Mario Cifali, Marcel Gauchet, Jean Durançon, François Charnier, René Zazzo, Claude Chalaguier, Bruno Muel, Jacques Bourquin

 

DEL-Correspondance-Descriptif-Presentation

KO_couv_500
45 €

Livres-apparentes


1320 pages
175 documents
Format : 23,5 x 16,5 cm
Couverture reliée souple avec rabats
ISBN : 9782373670134
Parution : 12 septembre 2018

Livre publié avec le soutien du Centre national du livre

croix-fermer
Correspondance des Cévennes, 1968-1996

Fernand Deligny

édition établie, présentée et annotée
par Sandra Alvarez de Toledo

 

La Correspondance des Cévennes, 1968-1996, qui paraît après la réédition des Œuvres (2017), porte sur les années durant lesquelles Fernand Deligny a vécu avec des enfants autistes et élaboré sa recherche sur le mode d’être « hors langage », l’humain et l’image. Les « Cévennes » désignent en réalité le hameau de Graniers, à Monoblet, que Deligny ne quitte pas durant trente ans ; depuis ce point fixe il pense et organise ce qu’il appelle le « réseau ». Les lettres de Deligny (une sélection sur un millier) forment environ les trois quarts de la Correspondance et témoignent du « laboratoire » de l’œuvre en train de se faire.

Les plus nombreuses sont celles échangées avec ses éditeurs : Isaac Joseph en premier lieu, philosophe et maître d’œuvre des livres majeurs de Deligny, Émile Copfermann, directeur de collection chez Maspero puis chez Hachette, et Jean-Michel Chaumont, alors étudiant en philosophie, éditeur de deux de ses ouvrages. La correspondance met également en évidence, sous la forme des échanges avec François Truffaut, Chris Marker, Robert Kramer, et beaucoup d’autres, la constance de la place du cinéma dans la vie du réseau. La teneur des lettres à Louis Althusser (qui lui rend visite au printemps 1977), du dialogue avec le jeune psychiatre communiste Franck Chaumon et des échanges avec Huguette Dumoulin, membre de l’ex-Grande cordée (1947-1962), rappelle à la fois le compagnonnage de Deligny avec le PCF et sa proposition alternative d’un Nous commun et « d’espèce », intuition qui fait de lui l’un des penseurs précurseurs de l’anthropologie politique contemporaine. L’hostilité de Deligny à l’égard de la psychanalyse est en partie démentie par un échange régulier avec des lacaniens ou apparentés, parmi lesquels Françoise Dolto et Jacques Nassif. Deligny écrit également aux membres du réseau, et surtout à Jacques Lin, l’une des chevilles ouvrières du réseau. Il tient en revanche à distance les éducateurs spécialisés qui le sollicitent comme le modèle qu’il s’évertue à ne pas être. L’échange de lettres avec Marcel Gauchet (1982-1983) dénote un malentendu cordial sur le thème du « choix » et de la religion. De nombreuses lettres émouvantes avec les parents des enfants autistes (les mères surtout, Henriette T. et Chantal B., Micheline Beutier) émaillent la correspondance.

La Correspondance des Cévennes s’achève en forme de fugue sereine ; tandis que sa santé décline et qu’il écrit les derniers haïkus de Essi & Copeaux, Deligny fait encore part à Jacques Allaire du projet d’adapter au cinéma une biographie de Ludwig Wittgenstein et entretient une correspondance régulière avec Thierry et Nadèjda Garrel au sujet de son autobiographie sans fin, L’Enfant de citadelle.

La publication des lettres s’accompagne de la reproduction d’environ 175 documents et lettres manuscrites. Cette riche iconographie, qui est l’une des particularités de l’ouvrage, met en évidence la spatialisation de l’écriture de Deligny, le lien entre entre écriture, tracer et image, et rappelle le contexte historique et politique de sa recherche.

Un conséquent travail d’édition critique complète la publication des lettres. L’ouvrage est introduit par l’éditrice et s’achève par une liste des lettres par interlocuteur et par l’énoncé des partis pris éditoriaux.

 

Catalogue Oeuvres

FDO_reprint_210
Œuvres
Fernand Deligny
2007 / rééd. 2017

en-savoir-plus

Catalogue Lettres à un travailleur social

LTS_Couv_DEF_210
Lettres à un travailleur social
Fernand Deligny
2017

en-savoir-plus

Catalogue 7e face

Couv_7eface
La Septième Face du dé
Fernand Deligny 
2013

en-savoir-plus

Catalogue Cartes et lignes d’erre

Couv_Cartes
Cartes et lignes d’erre
Collectif 
2013

en-savoir-plus

Catalogue Janmari

Couv_Janmari
Journal de Janmari
2013

en-savoir-plus

Catalogue Arachnéen

Couv_Arachjaune
L’Arachnéen et autres textes
Fernand Deligny 
2008

en-savoir-plus