Ghatak-Descriptif-Auteur

Haut

Des_films_du_Bengale

39 €

LIVRE-AUTEUR

416 pages et 428 images
Format : 17×23 cm
ISBN: 978-2-9529302-8-4
Date de parution: mai 2011

Édition établie et présentée par 
Sandra Alvarez de Toledo 

Avec des textes de Ritwik Ghatak,
Sibaji Bandyopadhyay, Raymond Bellour,
Moinak Biswas, Serge Daney,
Marianne Dautrey, Hervé Joubert-Laurencin,
Advaita Malla Barman, Kumar Shahani,
Rabindranath Tagore, Charles Tesson.

croix-fermer
auteur

Ritwik Ghatak (1925-1976)

Chronologie abrégée
(la version longue est publiée dans le livre)

1925

• Naissance à Jindabazar, Dhaka, Bengale (aujourd’hui Bangladesh) le 4 novembre. Ritwik et sa sœur jumelle, Prateeti, sont les benjamins d’une fratrie de neuf enfants. Le père, Rai Bahadur Suresh Chandra Ghatak est magistrat ; il a fait ses études en Angleterre et étudie le sanskrit, qu’il enseigne à Ritwik. L’aîné des frères, Manish, sera membre du « Kallol Group » (La Vague déferlante) – courant de jeunes écrivains fondé en 1923 – qui introduit  le réalisme dans la littérature bengalie. [Chef de file : Manik Banerjee.]

1935 
• Sudhish, un autre frère de Ritwik, revient d’Angleterre où il a travaillé pendant six ans comme cameraman. De retour en Inde, il travaille pour les studios New Theatres (Calcutta) ; les cinéastes Bimal Roy et Pramatesh Barua  deviennent des habitués de la maison Ghatak.
• L’enfance de Ghatak est marquée par une relation profonde, symbiotique, avec la nature et par sa lecture de l’œuvre de Rabindranath Tagore.

1939 
• Ghatak s’enfuit de chez lui (il a quatorze ans). Comme sanction de sa fugue, son frère Manish l’envoie travailler pendant deux ans dans une usine textile de Kanpur ( dans l’état d’Uttar Pradesh). Il y passe deux ans (1940-1941).

 1941
• Mort de Rabindranath Tagore en août.
• Début des bombardements japonais sur le Bengale.

 1942
• Gandhi lance le mouvement Quit India. Calcutta évacuée est bombardée par les japonais le 20 décembre.
• Ghatak est de retour à Rajshahi (actuellement à la frontière du Bengale oriental et du Bangladesh), chez ses parents.
• L’Indian People’s Theatre Association (IPTA) s’émancipe de la Progressive Writers Association. En font partie : Uday Shankar, Ravi Shankar, Balraj Sahani, K.A Abbas, Shambhu Mitra, Bijan Bhattacharya, Salil Chaudhury. Le groupe adapte et traduit des pièces russes et chinoises. De jeunes auteurs produisent leurs pièces en y incorporant le répertoire de chansons populaires, de danses et formes théâtrales régionales.

 1943-1944
• Après une série de défaites en Asie du Sud, et dans l’espoir de stopper la progression des Japonais, l’armée britannique détruit l’ensemble des bateaux qui alimentaient en riz les villages bengalis via un réseau serré de voies de navigation à l’intérieur du pays. S’ensuit un afflux d’habitants en direction de Calcutta et une famine qui décime de 1,5 à 3 millions de personnes.

 1944 -1946 
• Ghatak a achevé ses études secondaires à Rajshahi. Il obtient l’Intermediate Examination in Arts à l’université de Dhaka en 1946.
• 1945-1946 : en réponse à la famine et à la répression par les Britanniques du mouvement Quit India, des révoltes éclatent à Calcutta. Le soulèvement de novembre 1945 contre les procès des prisonniers de l’INA (Armée nationale indienne) rassemble les étudiants de tous les partis, le Congrès, les communistes et la Ligue musulmane.
• En 1946, K.A Abbas (1914-1987) réalise Dharti Ke Lal (Les Enfants de la terre), qui décrit les conséquences de la famine de 1942. Le film est considéré comme étant à l’origine du courant réaliste et social. Il est co-écrit avec Bijan Bhattacharya. 

1947-1948
• Août 1947 Proclamation de l’indépendance de l’Inde et du Pakistan. Partition du Bengale.
• Au cours de sa première année de maîtrise, Ghatak publie et dirige – avec Nirmal Dutta et Samaresh Lahiri – la revue Abhidhara (Au fil du courant) qu’il décrit dans un entretien comme « proche des marxistes » Elle dure quelques mois, financée sur les ressources personnelles des membres de la revue.
• Après la partition du Bengale, Ghatak quitte le Bengale pour Calcutta. Il est diplômé de la Faculté Krishnachandra, à Bahrampur en 1948 et s’inscrit à l’Université de Calcutta.
• Sa première nouvelle, « Akash Gangar Sroty Dhorey » (« On the trail of the Milky Way ») paraît dans la revue Galpabharati, publiée par l’écrivain Nripendrakrishna Chattopadhyay qui salue à l’occasion un « jeune écrivain de talent » (a powerful young writer).
En janvier 1948, assassinat de Gandhi.
• Ghatak est actif au sein de l’IPTA et du Parti communiste Indien (PCI).
• Il écrit sa première pièce de théâtre, Kalo Sayar (Le lac sombre) et joue dans la reprise de Nabanna (La Récolte nouvelle), qui renouvela le théâtre indien de l’époque (Bijan Bhattacharya, l’auteur de la pièce – et futur acteur de nombreux films de Ghatak – en assure la première mise en scène en 1944, avec Sombhu Mitra). La mise en scène de la reprise est assurée par « Bohurupee », compagnie de théâtre expérimental. Les premières représentations ont lieu les 13 , 14 , et 16 septembre 1948. Environ 7000 personnes assistent à chaque représentation.
• Ghatak devient membre à part entière de l’IPTA et prend la direction de la brigade (squad) centrale.
• En 1947, Chidananda Das Gupta (critique de cinéma indien) et Satyajit Ray créent la Calcutta Film Society, qui fait connaître le cinéma européen et soviétique. Dès 1948, Ghatak et d’autres jeunes cinéastes, comme Mrinal Sen, se retrouvent au Paradise Café pour discuter de cinéma. Ghatak convainc les membres du groupe de fonder un syndicat pour les ouvriers et techniciens sous-payés des studios de Calcutta.
• L’IPTA étend ses activités de théâtre militant au cinéma.

1949
• Ghatak se procure les textes d’Eisenstein, Pudovkin, Kracauer, Paul Rotha, et les étudie. Influence de ces textes sur les réalisateurs indiens de l’époque.
• Il commence sa carrière cinématographique en assistant Manoj Bhattacharya à l’écriture du scénario et à la réalisation de son film Tathapi (Malgré tout). Bimal Roy et Hrishikesh Mukherjee sont respectivement opérateur et monteur sur le film.
• Jean Renoir tourne Le Fleuve en 1949-1950 sur les bords du Gange, aux environs de Calcutta. Renoir et Ghatak ne se rencontrent pas.

1950
• Avec Mrinal Sen et Tapas Sen, il produit une nouvelle version de Neeldarpan (Le Miroir indigo), une pièce écrite en 1860 par Dinabandhu Mitra, qui traite de l’oppression des paysans dans les plantations d’indigo au Bengale ; la pièce est réécrite, augmentée et mise en scène collectivement par Bijan Bhattacharya, Sudhi Pradan, et Digindrachandra Bandyopadhyay. Ghatak y joue le rôle d’un vieux paysan.

1951
• Ghatak est très actif au sein de l’IPTA. Il joue dans Kalanka (Disgrâce), écrit et dirigé par Bijan Bhattacharya ; dans Bhanga Bandar (Le port en ruines), écrit par Panu Pal et mis en scène par Utpal Dutt. Il joue également le rôle de l’une des sorcières dans un montage d’extraits de Macbeth en Bengali, mis en scène par Utpal Dutt.
La même année il joue dans le film Chhinnamul (Les Déracinés) réalisé par Nemai Ghosh.
• Il tente d’achever le tournage de Bedeni (entrepris par Nirmal Dey), qu’il renomme Arupkhata (Histoire vraie); il tourne pendant vingt jours dans les environs de Ghatshila et Bolpur, mais le film est à nouveau abandonné.
• Il écrit et met en scène sa pièce la plus importante, Jwala (Flamme) tirée d’un article intitulé « Vague de suicides à Calcutta » publié par lui dans la revue du Parti Communiste. Il y joue le rôle d’un vieil homme.
• Le Comité provincial pour l’élaboration d’un projet (Provincial Draft preparatory committee) de l’IPTA demande à Ghatak de rédiger un document qui traite de l’idéologie politique et culturelle de l’IPTA au Bengale occidental.

1952
• Le premier Festival International du Film est un événement majeur. Il se déroule en Inde dans trois villes, dont Calcutta. Le public indien découvre le néo-réalisme italien, le cinéma japonais et soviétique. Ghatak rencontre les cinéastes de la délégation russe, Pudovkin et Cherkasov.
• Il adapte à la scène pour l’IPTA The Government Inspector as Officer de Gogol, produit et mis en scène par Utpal Dutt. Il joue le rôle de Raghupati dans Visarjan (Le Sacrifice) de Rabindranath Tagore, également mis en scène par Utpal Dutt.

 1953
• Il écrit et met en scène Dalil (Le document) pour l’IPTA, représentée pour la première fois dans le cadre d’une Conférence d’enseignants au Park Hazra au sud de Calcutta ; Kali Banerjee (l’acteur d’Ajantrik) fait partie de la distribution, ainsi que Ghatak lui-même (qui joue le personnage de Khet Gosh). Dalil est également représentée au cours de la Conférence nationale de l’IPTA à Bombay en 1953 ; le spectacle est élu meilleure production  du festival.
• Ghatak participe à une série de spectacles de rue organisés pour le soutien de candidats du PCI pour les premières élections générales dans le pays. 
• Ghatak produit et réalise son premier long-métrage, Nagarik (Le Citoyen), dans des conditions expérimentales et militantes. Les bobines de Nagarik resteront dans les étagères et le film ne sera diffusé qu’après la mort de Ghatak.

1954
• Ses différends avec la direction de l’IPTA commencent à la suite de la diffusion de « On the cultural front » (co-signataires : Mumtaz Ehmed Khan et Surama Bhattacharya) rédigé par Ghatak et adressé à la direction du PCI.
• Il est exclu de l’IPTA au cours des répétitions de Neecher Mahal, l’adaptation par Umanath Bhattacharya des Bas-fonds de Gorki avec le South squad et d’Ispat, avec le Central squad.  

1955-1956
• Le 8 mai 1955 il épouse Surama Bhattacharya à Shillong. Celle-ci sort de prison où elle vient de passer deux ans comme prisonnière politique. Ils se sont rencontrés deux ans plus tôt au sein de l’IPTA. 
• Il forme le Group Theatre, pour lequel il écrit et dirige la pièce Sanko (Le Pont) et adapte pour le théâtre Hajabarala (Charabia) de Sukumar Ray (le père de Satyajit, écrivain et poète).
• Il passe un mois dans les collines de Chhotanagpur et différentes régions du Bihar : il réalise deux films documentaires pour le gouvernement du Bihar, Life of the Adivasis, et Historic Places in Bihar
• Ghatak est exclu du parti communiste indien par une lettre du 21 octobre 1955.
• Sortie du premier film de Sayajit Ray adapté du roman de Bibhutibhusan Bandopadhyay, Pather Panchali (La Complainte du sentier).
• Pendant un peu plus d’un an il travaille comme scénariste aux studios Filmistan à Bombay. La non-diffusion de Nagarik et la confrontation avec le monde de l’industrie cinématographique lui donnent un sentiment d’isolement. Il écrit les scénarios de deux films, Madhumati et Musafit qui seront réalisés respectivement par Bimal Roy et Hrishikesh Mukherjee. Il a le projet d’un film de science-fiction avec la collaboration du Laboratoire de physique nucléaire, qui ne se réalise pas.
• Il profite de son séjour à Bombay pour mettre en scène une nouvelle version de Bisjaran, ainsi que Musifaron ke lye (Pour les vagabonds), l’adaptation par Govind Mali des Bas fonds de Gorki pour l’IPTA de Bombay dont la première a lieu le 18 décembre 1956. 

1957
• Retour à Calcutta. Le 2 juillet il commence le tournage d’Ajantrik, à Ranchi (Bihar).

 1958
Ghatak accepte de différer la sortie d’Ajantrik pour permettre celle de Parash Pâthar (La Pierre philosophale), réalisé par Ray. Les deux films sont produits par Pramod Lahiri.
Ajantrik est présenté à la Mostra de Venise. Georges Sadoul écrit un éloge dans Les Lettres françaises.
• Les prises de vues de Bari Thekey Paliye (Le Fugitif) commencent en novembre.

1959
Bari Thekey Paliye sort en juillet.
• Le tournage de Kato Ajanare (Tous les inconnus) commence, puis est abandonné.

1960
• Ghatak achève Meghey Dhaka Tara (L’Étoile cachée), qui sort sur les écrans le 14 avril. Le film est un succès, Ghatak investit les gains du film dans le suivant.

1961
• Komal Gandhar (Mi bémol) sort le le 31 mars 1961. L’échec du film, et les violentes critiques de ses ex-camarades de l’IPTA l’affectent énormément. Premiers signes d’addiction à l’alcool.

1962 
• Guerre sino-indienne pour le contrôle des territoires himalayens.
• Ghatak entreprend son sixième film, Subarnarekha (La rivière Subarnarekha); des difficultés de tous ordres – dont financières – l’obligent à interrompre le tournage à plusieurs reprises pour trouver des fonds supplémentaires (il réalise des films de publicité, écrit des scénarios pour d’autres). Subarnarekha ne sortira que le 1er octobre 1965, trois ans après le début du tournage.  

1963
• Ghatak commence un film sur le musicien Ustad Alauddin Khan, et un long-métrage, Bagalar Bangadarshan (Bagala découvre le Bengale) qui restent tous deux inachevés.

1964-1965
• En 1964, il enseigne à l’Institut Indien de Telévision et Film à Pune, dont il est nommé vice-président en juin 1965. Il participe à la réalisation de deux films d’étudiants, Fear et Rendez-vous.
•Il démissionne du FTII en 1965.
• Premier séjour en hôpital psychiatrique, qui sera suivi d’autres.

1966
• De nouvelles vagues d’arrestations des cadres du PCI(M) ont eu lieu dans l’ouest du Bengale, suite à l’agitation lancée par le parti contre la hausse des tarifs des Tramways de Calcutta et dans le contexte d’une crise alimentaire grave. La grève générale est déclarée et des révoltes ont lieu en août 1965, mars et avril 1966. La grève générale de mars cause plusieurs morts lors d’affrontements avec les forces de police.
• Sa traduction du Cercle de craie caucasien de Bertolt Brecht en bengali paraît dans la revue Gandharba Patrika

1967
• Création du  mouvement Naxalite le 3 mars 1967 par un groupe de révolutionnaires communistes pro-chinois réunis autour de Charu Mazumdar. Ce jour-là, dans le village de Naxalbari, dans l’État du Bengale Occidental, près de la frontière népalaise, un groupe de 150 sympathisants du CPI (M) attaquent les réserves de riz d’un propriétaire terrien. Suite à une série d’actions, les membres du CPI (M) impliqués sont exclus et forment, le 1er mai 1967, le Communist Party of India (Marxist Leninist) (CPI/ML), dit parti Naxaliste.
• Ghatak tourne un court-métrage documentaire, Scientifics of tomorrow.

1968
• Il fonde une revue de théâtre, Abhinaya Darpan (Miroir du jeu), qui publie de mai-juin 1968 à juillet-aout 1969. 

1969
• Nouveau séjour à l’hôpital psychiatrique de Calcutta. Il y reste 7 mois. Il demande au musicien et musicologue Hemango Biswas (ex-membre de l’IPTA) d’organiser un programme de chansons populaires dans l’hôpital et en tire une pièce, Sei Meye (Cette fille) mise en scène avec les soignants et patients.

1970
• Ghatak réalise The Chhau Dances of Purulia (1970), My Lenin (1970)[1], Why ?/The Question.

1971 
• Guerre d’indépendance du Bangladesh.
• Il réalise Durbargati Padma (Le turbulent fleuve Padma), film documentaire de 22 minutes sur la guerre. 

1972
• Il entreprend le tournage de Titas Ekti Nadir Nam (La rivière Titash) au Bangladesh, où il retourne pour la première fois depuis 1948. Le film sortira le 27 juillet 1973 au Bangladesh.
• Entre 1972 et 1975 il tourne deux autres documentaires qui restent inachevés, l’un sur Indira Gandhi l’autre sur le sculpteur Ramkinkar Baj.

 1974-1975
• Ghatak tourne Jukti, Takko ar Gappo. (Raison, discussions et un conte).
• Sa dernière pièce, Jwalanta (En flammes), est représentée à Calcutta le 24 août 1975, dans sa mise en scène (la musique est composée par lui).  
• Il crée la CUNIC (Cooperative Union of New Indian Cinema), pour soutenir le cinéma indien d’auteur.  

 Il meurt le 6 février 1976 à Calcutta. Il a cinquante ans.

 Jukti Takko ar Gappo et Nagarik (son premier film) sortent en salle pour la première fois en septembre 1977, un an et demi après sa mort.